"Otage au Nigeria, je marchais 10 km par jour autour de mon matelas"

  • Source: : Webnews | Le 19 avril, 2017 à 19:04:31 | Lu 3324 fois | 3 Commentaires
content_image

Francis Collomp s

Parfois, la déformation professionnelle a du bon... Francis Collomp, 65 ans, ex-otage des djihadistes, réfléchit en ingénieur : "Dans la vie, j'ai l'habitude de tout analyser, de capter le maximum d'informations, quel que soit l'endroit où je me trouve. A un journaliste qui m'interviewait récemment et s'étonnait de me voir scruter la mezzanine du bar où nous étions installés, j'ai expliqué que j'avais déjà repéré que, en cas d'attaque, notre seule moyen de sortir était de sauter et d'atterrir plus bas sur un fauteuil..."

Capturé en décembre 2012 au Nigeria par le groupe djihadiste Ansaru, dissident de la secte islamiste Boko Haram, ce baroudeur qui "récuse le mot de héros", mais dont le moral d'acier et l'ingéniosité forcent l'admiration, a réussi l'impossible. Survivre à onze mois de captivité dans des conditions extrêmes, tenir tête à ses ravisseurs et, finalement, parvenir à leur échapper, au péril de sa vie... Jamais l'ingénieur, qui installait des éoliennes se rabattant au sol en cas de tempête, ne s'est laissé détourner de "son cap, son obsession, son objectif quotidien" : retrouver la liberté.

"J'ai vite compris que j'allais devoir m'en sortir tout seul"

"J'ai compris très vite que mon kidnapping n'avait rien à voir avec l'obtention d'une rançon. Ansaru avait des revendications politico-religieuses. Ils réclamaient que la France renonce à envoyer des troupes au Mali, qu'elle quitte l'Afghanistan et que la loi qui interdit le voile intégral soit abrogée. J'étais persuadé que la France ne céderait pas à ces exigences. J'étais mal barré. Il fallait que je m'en sorte par moi-même." Dès lors, l'ex-otage ne cesse d'échafauder des plans d'évasion, et s'astreint pendant ces longs mois à une grande discipline : "Pour garder un minimum de forme, j'ai parcouru plus de 10 kilomètres par jour en marchant autour de mon matelas. J'ai réfléchi et écrit sur un projet de voiture électrique fonctionnant avec des mini-éoliennes. Je me suis mobilisé, physiquement et psychologiquement. Pendant ma captivité, grâce à une petite radio, j'ai aussi pu entendre RFI et les chansons de Stromae. Ça m'a donné beaucoup de courage."

Affaibli, privé de nourriture et de médicaments, alors qu'il a subi en 2001 un pontage cardiaque, Francis Collomp, tendu, guette le moment propice pour se faire la belle : "A Zaria, mon dernier lieu de détention, j'ai fabriqué des clous que je pliais en utilisant les rebords de fenêtre, pour les semer sur la route et empêcher les 4 x 4 de me poursuivre. J'ai pris des réserves d'eau. Depuis plusieurs jours, j'attendais qu'Abdul, mon gardien, commette l'erreur : laisser la clé sur la porte. Il l'a fait à trois reprises en allant faire ses ablutions. A la troisième, le 16 novembre 2013, je me suis dit, c'est maintenant ou jamais." Conscient qu'au premier faux pas, il sera "massacré", Francis parvient à s'enfuir et à atteindre un poste de police. Il est sauvé. Mais sa reconstruction prend du temps : "Les dommages collatéraux sont énormes. Je ne veux pas étaler ma vie personnelle, mais c'est dur... En plus, j'ai subi des tracas administratifs. Pendant ma détention, on m'a coupé ma retraite. Comme si j'étais mort."

"Depuis ma libération, j'ai appris à me faire plaisir"

Cette situation entraînera le blocage de son compte bancaire et son fichage à la Banque de France. "Le côté positif, c'est que, depuis ma libération, je relativise les problèmes, et j'apprends à me faire plaisir. Je me suis payé un moulinet pour faire de la pêche au gros à La Réunion et un bel appareil photo. Ce sont des petits plaisirs que je ne me serais jamais accordés avant. L'Afrique, c'est fini pour moi, malheureusement. On ne va pas me donner un bataillon de légionnaires pour assurer ma sécurité. Je leur ai mis une "belle carotte" à Ansaru, quand même ! Mais je ne pouvais pas garder le silence. J'avais besoin d'écrire ce livre pour témoigner de la folie et de la barbarie de ces djihadistes, qui prétendent agir au nom de l'Islam."


Auteur: Closermag - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (2)


Asskane En Avril, 2017 (21:59 PM) 0 FansN°: 1
bien sur tout le sait cest ce nest pas l'islam
Sopey Nabi Psl En Avril, 2017 (10:05 AM) 0 FansN°: 1
que dieu débarrasse ce monde de ses bâtards de soi disant djihadistes amine yarabil alamina
Anonyme En Avril, 2017 (13:15 PM) 0 FansN°: 2
tu racontes des histoires ton echappee a ete bel et bien negociee,ne nous fais pas croire a des balivernes,des sornettes .L'argent a ete verse et point -

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com