Abdelkader Merah nie jusqu'au bout toute culpabilité

  • Source: : Reuters | Le 02 novembre, 2017 à 12:11:00 | Lu 972 fois | 2 Commentaires
content_image

Abdelkader Merah, frére Mohamed Merah

Abdelkader Merah a maintenu jeudi, au terme de près d‘un mois de procès et à quelques heures du verdict, qu‘il n‘avait “rien à voir” avec les crimes commis par son frère cadet, Mohamed Merah, qu a tué sept personnes en mars 2012 à Toulouse et Montauban. Cet ex-caïd de quartier franco-algérien de 35 ans, converti depuis 2006 à un islam radical, soupçonné d‘avoir été le mentor de son cadet, est jugé pour participation à une association de malfaiteurs terroriste criminelle et complicité d‘assassinats.

Mohamed Merah a été tué le 22 mars 2012 dans l‘assaut de l‘appartement où il s’était retranché après avoir abattu trois militaires, trois écoliers de l’école juive Ozar Hatorah de Toulouse et le père de deux d‘entre eux. “Je dis et redis que je n‘ai rien à voir avec les assassinats commis par mon frère”, a seulement déclaré Abdelkader Merah avant que les magistrats professionnels de la cour d‘assises spéciale se retirent pour délibérer.

Une voix de femme a lancé du banc des familles des victimes, très présentes tout au long de ce procès : “Ce n‘est pas vrai !” Au président de la cour, qui lui demandait s‘il avait autre chose à ajouter, Abdelkader Merah, a répondu, sans manifester d’émotion, comme pendant tout le procès : “C‘est tout ce que j‘ai à dire.”

L‘avocate générale Naïma Rudloff a requis lundi à son encontre la détention à perpétuité assortie d‘une peine de sûreté de 22 ans, à l‘issue de quatre semaines d‘audiences tendues et ponctuées d‘incidents. Ses avocats se sont pour leur part efforcés mardi de démontrer que l‘accusation n‘avait apporté ni la preuve de sa complicité ni celle de sa participation à une association de malfaiteurs et ont demandé son acquittement.

MALKI DEMANDE LE PARDON DES FAMILLES

Le deuxième prévenu, Fettah Malki, né en Algérie il y a 35 ans, accusé d‘avoir fourni à Mohamed Merah une des armes utilisées et un gilet pare-balle, avait auparavant demandé d‘une voix empreinte d’émotion le pardon des familles de victimes. “Je voudrais dire aux familles des victimes que j‘ai entendu leur désolation et que je communie avec leur douleur”, a-t-il dit. “J‘ai entendu leurs témoignages, qui m‘ont ému et touché au plus profond de mon âme (...) Au fond de moi, mon coeur pleure.” “Je suis désolé de ce que j‘ai pu faire (...) A aucun moment je n‘ai pu penser que Mohamed allait commettre de telles atrocités et je m‘en voudrai jusqu’à la fin de mes jours”, a-t-il ajouté.

“J‘ai été traité comme un terroriste, comme un tueur d‘enfants, et ça je ne peux pas l‘accepter”, a conclu Fettah Malki. “Je demande pardon et ce pardon est sincère, et j‘espère qu‘ils me pardonneront.” L‘avocate générale a requis 20 ans de détention contre ce délinquant multirécidiviste de la cité toulousaine des Izards, où il a cotoyé Mohamed Merah. Elle a admis qu‘il était avant tout un voyou “opportuniste” sans affinité avec l‘islam radical mais estimé qu‘il ne pouvait pas méconnaître la dangerosité de Mohamed Merah.

Ses avocats ont dénoncé une volonté d‘infliger une sanction “pour l‘exemple” sous la pression de l‘opinion publique et de la douleur des familles, et ils ont demandé une “peine juste”. Les derniers mots des prévenus “étaient à l‘image des deux individus”, a dit à Reuters Me Géraldine Berger-Stenger, avocate de l‘Association française des familles de victimes, une des parties civiles. “Abdelkader Merah n‘a pas changé sa position d‘un iota et en disant le moins possible il en a dit beaucoup.”

La cour devait répondre à 82 questions avant de rendre son verdict, sans doute pas avant la fin de la journée, deux jours après un attentat djihadiste à New York et au lendemain de la levée de l’état d‘urgence en France. Les assassinats de Mohamed Merah, revendiqués par les “Soldats du Califat”, groupe affilié à Al Qaïda avec lequel il avait pris contact au Pakistan, ont bouleversé la perception du terrorisme islamiste, qui a fait plus de 240 morts en France depuis janvier 2015.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse


Auteur: Reuters - Reuters






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (2)


Anonyme il y a 3 semaines (12:56 PM) 0 FansN°: 1
perpét ca fait peur a tout le monde!
Anonyme il y a 3 semaines (13:21 PM) 0 FansN°: 2
Seneweb.... pourquoi mettez vous la photo de Mohamed merah ??? Ce n'est pas Abdelkader merah !!!

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com