Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

La "bonne gouvernance" se mesure comme on mesure le "bon jardinage"

Posté par: Samba Guejopaal Gnane| Samedi 30 juin, 2012 18:43  | Consulté 1181 fois  |  0 Réactions  |   

 

 

                                                  

La  plupart des théoriciens de la « bonne gouvernance » http://www.oecd.org/,  la présentent comme étant la manifestation par l’absence ou par la présence de certaines règles d’administration descriptibles et applicables dans de petits ensembles de groupements sociaux ou à l’échelle de grands ensembles appelés village, communauté rurale, arrondissement, département, région ou Etat.

 

 

Parmi ces règles d’administration figurent l’exigence de « rendre compte » qui serait un indicateur de « transparence »,   de fidélité ou de trahison des orientations antérieurement définies, la capacité d’observation et d’écoute, ou la « réceptivité » et donc la sensibilité, la proximité et la communication entre administrés et administrateurs,  l’ « efficience et l’efficacité » à la fois théorique et pratique , l’intelligence théorique et l’intelligence pratique pour atteindre les résultats ou les solutions visées pour les problèmes actuels, mais aussi la capacité d’ « anticipation » sur les faits dont l’émergence possible et probable ou nécessaire est déterminé dans un horizon de l’avenir,  et encore , la « primauté du droit » et l’application des lois telles qu’elles sont posées en tant qu’indicateur de l’égalité ou d’absence de discrimination et le principe de l’ordre généralisé.

 

 

Mais tout cela n’est-il pas qu’un ensemble de principes d’action et d’actions concrètes intentionnées pour  aller d’un point de départ  vers un horizon  différent dans l’état des personnes, dans celui des biens et des institutions ?

Je veux savoir en compagnie de mon meilleur ami l’inspecteur Hutopie, si en dehors de ces critères, il peut y avoir un indicateur de la bonne gouvernance, ou un ensemble d’indicateurs sûrs et universels, observables, descriptibles et quantifiables subjectivement de l’intérieur par les individus qui en seraient les porteurs,  et de l’extérieur par tout observateur,  en partant  de moi-même et des autres hommes tels qu’on les voit et ainsi qu’ils se voient eux-mêmes tous les jours dans la famille, dans le village ou dans un groupement politique étatique.

 L'auteur  Association Architecte du Bien(AAB)
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Association Architecte du Bien(AAB)
Blog crée le 17/12/2011 Visité 431741 fois 230 Articles 6141 Commentaires 14 Abonnés

Posts recents
Senghor n’est pas Héraclite : « La guerre est le père de toutes choses »
Senghor : Suppression des frontières, une arme contre le conflit ?
L’art de vivre avec soi-même d\'abord
Un homme enchaîné est toujours une menace
Tout animal sait ce qui lui appartient dans le capital universel du monde dans la nature
Commentaires recents
Les plus populaires