Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Francis Fukuyama: Des « petits faits » qui renversent les gouvernements

Posté par: Association Architecte du Bien(AAB)| Mercredi 11 octobre, 2017 16:10  | Consulté 167 fois  |  0 Réactions  |   

C’est une caractéristique curieuse des situations révolutionnaires, que les événements qui poussent les gens à prendre les plus grands risques et à saper les bases des gouvernements sont rarement les grands faits que les historiens décrivent plus tard comme causes fondamentales, mais plutôt de petits faits, apparemment accidentels. Le peuple n’est pas descendu dans les rues de Leipzig, de Prague, de Timisoara, de Pékin eu de Moscou pour demander que le gouvernement leur donne une « économie postindustrielle », ou même que les supermarchés soient approvisionnés en nourriture. Leur colère la plus ardente fut provoquée par leur perception d’injustices relativement « secondaires » :emprisonnement ou meurtre d’un prêtre, révélation de la corruption d’un apparatchik local, martyre d’un manifestant devant une police à la détente facile, fermeture d’un journal, ou refus des dignitaires de recevoir une liste de doléances. Les historiens interprètent plus tard tous ces faits comme des causes secondaires ou annexes ce qu’ils sont en effet ; mais cela ne les rend pas moins nécessaires à la mise en place de l’enchaînement qui aboutit finalement à la révolution.

Les situations révolutionnaires ne peuvent se mettre en place aussi longtemps que quelques gens au moins n’acceptent pas de sacrifier leur confort et leur vie pour la victoire d’une cause : le courage d’agir ainsi ne naît pas de la partie désirante de l’âme, mais bien de sa partie « thymotique ». L’homme du désir, homo economicus, le vrai « bourgeois », fera toujours une « analyse des coûts et des profits » qui le conduisent immanquablement à une bonne raison de travailler « dans le cadre du système ». Seul l’homme « thymotique », l’homme de colère qui est jaloux de sa propre dignité et de la dignité de ses concitoyens, l’homme qui comprend que sa valeur est constituée de quelque chose de plus que l’ensemble de désirs complexes qui font son existence physique-sera volontaire pour se dresser contre un char ou affronter une ligne de soldat. Et il arrive fréquemment que sans ces petits actes de bravoure, en réponse à de petits actes d’injustice, l’immense cortège des événements qui déterminent les changements fondamentaux dans les structures politiques et économiques ne se mettrait jamais en route.

Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme,« La bête aux joues rouges »,

 L'auteur  Association Architecte du Bien(AAB)
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Association Architecte du Bien(AAB)
Blog crée le 17/12/2011 Visité 486810 fois 295 Articles 6319 Commentaires 14 Abonnés

Posts recents
Dieu est-il grand ou infini?
\" L’histoire est l’histoire de l’homme travailleur.\", Alexandre Kojève
La Loi défend de tuer et permet de tuer dans la nature et dans la société
Francis Fukuyama: Des « petits faits » qui renversent les gouvernements
Apprendre et Enseigner pour s’éloigner de l’ennui et du stress même dans la pauvreté
Commentaires recents
Les plus populaires